Les démonstrations et les conférences

François JEKER

François JEKER est diplômé de l’Ecole des Beaux Arts de Mulhouse.

Il a dessiné ensuite des décors d’émission de TV et de théâtre et édité son  premier livre, un dictionnaire illustré d’alsacien, en 1986.

Il a exposé à plusieurs reprises ses peintures et photographies au Japon, en particulier en 1995 à la célèbre École SOGETSU à Tokyo et en 1996 à Kyoto avec son ami Itsuki YANAI.

Il  commence à pratiquer l’art du bonsaï dès le début des années 80, d’abord tout seul, puis au sein du bonsaï club de Mulhouse (TENKEI).

Sa rencontre avec Pius NOTTER, le spécialiste suisse du bonsaï, a été déterminante dans son évolution et sa démarche .De cette rencontre nait sa passion pour le Yamadori (arbre prélevé dans la montagne pour ensuite être transformé en bonsaï) et sa volonté de mettre humblement, respectueusement en valeur l’œuvre créatrice de la nature.

Dès 1991, il  commence à accumuler les prix décernés entre autres par John NAKA , Pius NOTTER, Pedro MORALES, Solita ROSADE, Hatsuji Kato, Tsang-Shing Chen.  Il a obtenu ces récompenses tant pour ses arbres que pour  son action en faveur de l’amélioration de la qualité des bonsaï dans le monde.

En 1996, il devient le premier lauréat du niveau 3 des instructeurs de la Fédération Française.

Il collabore avec plusieurs revues nationales et internationales en écrivant des articles sur l’esthétique, la culture japonaise,  les variétés locales (buis, épicéa, charme, pin…), les techniques de mise en forme, le travail du bois mort, la philosophie du bonsaï…

Les cinq livres qu’il a écrits sur l’esthétique et les techniques du bonsaï ont été  traduits dans plusieurs langues.

Son expertise dans le travail du bois mort l’a amené à créer le prix  “JEKER DEADWOOD AWARD” qu’il décerne lors d’importantes manifestations internationales.

Il s’est rendu à plusieurs reprises au Japon pour rencontrer les maîtres de bonsaï les plus réputés et a travaillé avec certains d’entre eux lors de rencontres en Europe et en Amérique du Nord, en particulier avec Tohru SUZUKI.

Il voyage dans le monde entier pour donner des conférences, faire des démonstrations, animer des ateliers de travail : USA, Canada, Chine, Caraïbes, Venezuela, Equateur, Colombie, Royaume uni, Espagne, Italie, Suisse, Allemagne, Belgique, Hollande, Tchéquie, Suède…

C’est le seul français à avoir été invité comme démonstrateur à des congrès mondiaux  (congrès mondial de Munich en 2001, de Puerto Rico en 2009, de Guangzou en 2015, Mulhouse en 2018, Guizhou en 2019) et à de nombreux congrès européens depuis une quinzaine d’années.

Il est le créateur d’un événement à Mulhouse (France), le « Bonsai Euro Top 30 », qui a lieu tous les quatre ans et qui a accueilli en 2018 plus de 150 000 visiteurs. Cette édition avait été couplée avec le congrès mondial du B.C.I. (Bonsai Clubs International).

Il s’attache à travailler surtout des yamadori européens, avec des techniques très douces.

Pour lui, le bonsaï est un art, mais d’abord une philosophie, une règle de vie basée sur le respect de la nature.

Il continue à peindre et exposer ses toiles.

Enfin, il réalise dans le monde entier des photos de Land’art. Symboliquement, il fait un cadeau à la nature en apposant, à demeure, des  vraies feuilles d’or sur de belles roches.

«  La place de l’homme dans la nature » est le thème récurrent chez François JEKER quel que soit l’art pratiqué.

Le Ministre des affaires étrangères du Japon vient de lui attribuer un « Certificat d’honneur » pour ses actions de promotion de la culture japonaise dans le monde.

******

Nick Rozman